Contenu - Histoire et forme juridique

Histoire et forme juridique

Das Technorama-Museum wurde 1982 eröffnet

Antikes Fahrzeug, zum anfassen nah

Das Technorama als technisches Museeum

Präparierte Modelle zeigen technische Zusammenhänge auf

Fluggeräte: "Hands-On"-Exponate vermitteln mehr als Information

Seifenblasenmaschine

Von der Verblüffung zum Aha-Erlebnis

Die erste Technorama-Ausstellung mit interaktiver Kunst

Kulturpreisübergabe 2001 für Ex-Direktor Remo Besio (links) durch Ex-Stadtpräsident Dr. Martin Haas

Neueröffnung 2002 mit Performance "Flügzüg"

Neueröffnung 2002: Vernissage der neuen Eingangsfassade von Ned Kahn

Nach dem Umbau 2002

Vernissage des Chemielabors, 2007

Eröffnung des Innenhofs mit Magischer Welle, 2009

Das Technorama wird auch Veranstaltungsort

Das Technorama wird als beliebtes Ausflugsziel bekannt


Histoire et forme juridique

En 1947, l’association pour la fondation d’un musée de la technique voit le jour. Elle commence à collecter des objets d’exposition, constitués pour une large part de machines et d’appareils obsolètes dont se défont les entreprises industrielles implantée dans la région et dans l’ancien « triangle d’or » de la construction suisse de machines, entre Winterthour, Zurich et Baden.

Le 26 juin 1969, une fondation est créée selon les dispositions de l’art. 80 et suivants du CC sous la désignation TECHNORAMA DER SCHWEIZ, avec la précision que son objectif consiste à exposer « les sciences et les techniques dans le cadre d’une présentation vivante », un principe destiné à se concrétiser par une exposition dont la forme devrait permettre à un vaste public d’aborder les thèmes sélectionnés au moyen d’une expérimentation directe.


L’exposition organisée en 1982 porte encore la forte empreinte d’une conception muséale traditionnelle et de l’approche des musées techniques conventionnels. Elle propose un grand nombre d’informations par le verbe, essentiellement sous la forme d’une « superstructure » audiovisuelle.

Une nouvelle ligne directrice, élaborée par l’ancien directeur Remo Besio, est adoptée en juin 1990. Elle s’inspire dans une large mesure des principaux Sciences Centers des Etats-Unis et du Canada, en particulier de l’EXPLORATORIUM de San Francisco, et reprend leurs axes principaux. Ses principes théoriques reposent sur les considérations de Frank Oppenheimer (Etats-Unis) et Richard Gregory (Royaume-Uni) relatives à un musée des sciences interactif ainsi que sur les publications de Steven Pizzey et sur une collection complète de rapports et d’évaluations de l’ASTC (Association of Science and Technology Centers) établie aux Etats-Unis. Enfin, la ligne directrice comme la mise en œuvre concrète de la construction des pièces d’exposition intègrent les principes et les réflexions du pédagogue allemand Hugo Kükelhaus (1900 – 1984).

La transformation d’un musée poussiéreux en un Science Center, un champ d’expérience diversifié, amusant et destiné à éveiller la curiosité, se produit selon les prévisions au cours de la dernière décennie du XXe siècle. La nouvelle orientation est heureusement saluée par un accroissement du nombre des visiteurs et, considération plus importante encore, par un accroissement vertigineux de la fréquentation de la part des jeunes et des enfants – jusqu’aux bambins d’âge préscolaire. Ainsi, le Technorama s’impose progressivement comme une institution indispensable à l’enseignement extrascolaire.

En 1999, la fondation est réorganisée et ses structures révisées (suppression de la séparation entre conseil de fondation et comité directeur, révision du règlement et modification des statuts.

 

Note en bas